Agir contre le démantèlement du ministère et la casse des statuts

lundi 26 mai 2008
popularité : 90%

Forte mobilisation lors de l’assemblée générale du 20 mai. Le SUP-MAE avec les autres syndicats de la FSU au MAE dénoncent les projets de soit disant modernisation qui ne visent qu’à faire des économies et à supprimer des emplois.

Une assemblée générale des personnes s’est tenue le 20 mai à l’initiative d’une intersyndicale constituée de l’ensemble des syndicats du ministère des affaires étrangères. Elle a été l’occasion de débattre du contexte actuel de soi-disant réformes frappant, ou sur le point de frapper, le ministère.

S’agissant en premier lieu de la DGCID, la Revue Générale des Politiques Publiques devrait mettre en œuvre une externalisation de la direction auprès d’opérateurs tels que FCI, Cultures France, AFD ou tout autre opérateur créé de manière ad hoc sur la base d’une gestion privée tendant ainsi à précariser les statuts des personnels.

Sur la base des informations qui nous parviennent actuellement, ce sont ainsi près de 450 agents sur les 500 constituant la DGCID qui devraient être congédiés ou soit disant reclassés. Les rumeurs vont bon train, tant l’exercice est entouré d’un halo de fumée et les décisions prises dans le plus grand secret. Les syndicats constitués en intersyndicale ont ainsi pris l’initiative d’un dialogue avec les agents de manières à corroborer les informations qui leur parviennent.

En tout état de cause, une grave menace pèse sur l’ensemble du ministère. Aucun service, aucune direction ne devraient être épargné. Sous couvert de modernité et de progrès, le gouvernement s’apprête à tailler en pièce les MAE, son réseau et ses agents. Les restructurations devraient ainsi s’accompagner d’une révision des statuts, des décrets les régissant et des niveaux de rémunérations. Les attaques qui avaient déjà été menées en 2003 font pâle figure en comparaison de ce qui devrait nous attendre. Ce sont aussi les Indemnités de Résidence qui sont menacées directement par les velléités de Bercy et de la Cour des Comptes, comme si les miettes qui ont été laissées à ce ministère par le contrat de modernisation triennal lui permettaient encore ainsi qu’à ses agents de vivre dans l’opulence.

Ce ministère et ses agents, n’ont fait que diminuer, rendre des crédits et des emplois au fil des années, se serrer la ceinture au point qu’aujourd’hui les agents de catégorie C ne souhaitent même plus s’expatrier. Les difficultés actuelles sont les preuves flagrantes de l’incurie imposée par Bercy et la Fonction Publique, toujours plus avides d’expurger le MAE de ses ressources financières et humaines dans un esprit petit revanchard. Au final, nous pouvons également nous attendre à un démantèlement total des services consulaires avec le transfert des services de visa au ministère de l’immigration qui a pourtant fait à ce jour la preuve de son incompétence et de son inutilité.

Devant ce constat alarmant, nous devons réagir. La FSU a d’emblée proposé une réaction forte des personnels prenant la forme d’un mouvement de grève. Le mécontentement des personnels doit pouvoir s’exprimer pour contrer les intentions néfastes du gouvernement

C’est pourquoi, il a été décidé :

1/ de réunir de nouveau les personnels en Assemblée Générale le 10 juin 2008 ;

2/ cette assemblée générale pourra définir les modalités pratiques de l’expression du mouvement de mécontentement des personnels qui pourrait prendre les formes :

- d’une mobilisation des agents le du 17 juin 2008, journée de la tenue du Comité Technique Paritaire Ministériel

- d’un mouvement de grève spécifique au ministère des affaires étrangères, France et réseau à l’étranger le 1er juillet 2008, première journée de la Présidence Française de l’Union Européenne (PFUE).

Le syndicat SUPMAE-FSU participe activement à l’organisation de la réaction des agents et les invite à prendre part aux différentes initiatives.


Brèves

29 janvier 2013 - NOUS CONTACTER

Par messagerie :
fsu-mae.paris@diplomatie.gouv.fr
Par tél. :
00 33 1 53 69 37 (...)