Audience FSU à la Direction générale de l’administration et de la modernisation (DGAM).

mercredi 20 novembre 2019
popularité : 95%

Audience FSU à la Direction générale de l’administration et de la modernisation (DGAM).

Les représentants de la FSU (SUPMAE-FSU) ont été reçus par la Directrice générale de l’administration et de la modernisation (DGAM). Etaient également présents la Sous- direction de la politique des ressources humaines et le bureau du dialogue social.

La DGAM a réaffirmé d’emblée l’importance de telles rencontres et du dialogue social. Elle a également souligné sa préoccupation sur la Qualité de vie au travail (QVT).

La FSU a d’emblée repris ses propos en soulignant plusieurs éléments :
Les réformes cumulées et le zèle du Ministère, notamment en termes de fermetures de postes, ont fait que les personnels se trouvent souvent dans des situations inacceptables. Notre récente mission en Espagne nous l’a confirmé : la souffrance au travail est présente partout, les collègues et les services sont à flux tendus. Les services ne parviennent plus, malgré toute la bonne volonté, à s’adapter sans cesse et à fonctionner correctement avec toujours moins de moyens. Plusieurs dysfonctionnements nous ont été signalés : il est plus que temps de revenir concrètement sur ces organisations, ces réformes idéologiques qui vont toutes dans le même sens, et de mettre un terme à la casse du réseau !

Nous avons d’ailleurs pris quelques exemples concrets, comme la fermeture du poste de CAD à Madrid, où le projet de Consul-directeur d’Institut à Bilbao. Pour nous, il faut revenir en arrière sur de tels projets.

La FSU est également revenue sur l’universalité du réseau, bien mise à mal par des fermetures ou des dématérialisations. De même, le nombre important de recrutés locaux au Ministère en fait sa singularité tout comme son identité : nos collègues doivent être considérés et des revalorisations salariales engagées. Dans ce même domaine, le dialogue social doit fonctionner, cela n’est pas le cas partout.

La question de AP 2022, tout comme la loi de Réforme de la Fonction publique, ont également été évoquées. La FSU a condamné à nouveau les mesures contenues, comme la suppression des compétences des commissions administratives paritaires, ou celles des CHS CT, alors qu’on prétend mettre en avant les questions de souffrance au travail, logiquement au cœur du quotidien des collègues.
• Concernant l’Espagne, nous avons dénoncé le manque de transparence que nous avons pu constater sur l’application d’AP 2022 par exemple, les communications y compris aux instances, tout comme les remises en causes des compétences du CTPE : il est important que les textes soient rappelés, c’est cela aussi le dialogue social !
• Pour le Maroc, nous avons clairement demandé que les recrutements (réseau IF) de contractuels soient opérés, conformément au protocole acté avec les autorités marocaines (Ministère de l’emploi). A l’heure actuelle les recrutements ont été bloqués par le SCAC, nous demandons que le processus soit accompli dans les règles, les Instituts ont besoin de ces collègues !
• Concernant l’AEFE, la FSU est revenue pour dénoncer la situation des blocages de rémunération des détachés sur contrat (personnels de Centrale et expatriés du réseau). En Centrale, voilà plusieurs années que nous intervenons sur ce dossier qui pénalise tous les titulaires détachés. Pour nous, ce blocage ne repose sur aucun texte de loi, sauf à le démontrer.


Navigation

Articles de la rubrique