Réforme de l’Etat, fonctions supports… : un...

dimanche 25 novembre 2018
popularité : 70%

Réforme de l’Etat, fonctions supports… : un nouveau miroir aux alouettes pour la FSU MAE !

SUPMAE-FSU dénonce la réforme des réseaux de l’Etat à l’étranger, accompagnée de la mutualisation des fonctions supports avec objectif de réduction de 10% de la masse salariale.

En effet, on peut d’emblée s’interroger sur ladite FONCTION SUPPORT et sa signification au sein du MEAE :

  • de qui parle- t-on ? de quelle catégorie d’agents et de quelles fonctions ?
  • Quelle sera la mission dévolue aux agents exerçant pour l’Etat à l’étranger ?

Dès lors on sait que cette nouvelle réforme est un leurre : comment la mener à bien si aujourd’hui-même les agents concernés par le transfert d’équivalents temps plein (ETP) prévu au 1er janvier 2019 ne sont toujours pas informés par leur transfert ?

Pour la FSU, ce transfert en interministériel des ETP à l’étranger est un exercice fait sans aucune préparation.
Qu’adviendra-t-il des ETP transférés ? Qu’adviendra-t-il de la situation individuelle de ces agents, de leur contrat de travail, de leur ancienneté ?
On peut d’ores et déjà envisager des ruptures du contrat de travail : seraient-elle alors supportées par le MEAE ou par le ministère d’origine ?
Aujourd’hui la seule garantie annoncée par la DGA du MEAE lors d’une rencontre avec les organisations syndicales (17.09.18) est que cette opération de transfert devait se faire au 1 er janvier 2019, avec le transfert de la masse salariale de ces agents pour l’exercice 2019.

Au-delà, les personnels ne savent rien et notamment sur les supports budgétaires après 2019 des agents transférés. Il est fort à craindre que le budget du MEAE ne sera pas abondé en conséquence pour les années à venir, c’est ce que nous avons dénoncé.

Quant aux suppressions de postes annoncées, nul ne sait si elles prennent en compte ce transfert ? Si oui, il faudra encore supprimer des postes pour ajuster le plafond d’emploi autorisé !

Sur la question relative à la baisse des moyens humains et financiers pour le MEAE, la FSU demande dans chaque intervention devant le Ministre que soit revu à la hausse les moyens de ce ministère. Nous dénonçons une soit- disant volonté de faire de la diplomatie d’influence sans les moyens adéquats !

Au MEAE, les effectifs sont composés d’agents propres au MEAE, de contractuels en centrale et à l’étranger, d’agents de droit local et de VI également.

Réduire la masse salariale de 10% est un objectif lié à une volonté politique, une absence de volonté devrait-on dire, au moment où les réformes se succèdent, toutes plus négatives que les autres pour la diplomatie comme pour les conditions de travail des personnels de cette diplomatie. Les agents sont épuisés de toutes ces réformes : transformation de postes à l’étranger, PPD, ouverture et expérimentation de maison France à l’étranger. Le statut des EAF quant à lui n’est toujours pas encore réglé pour le réseau culturel.

La réforme de l’Etat à l’étranger doit être définie au préalable en fixant des objectifs liés à l’ambition des usagers et des compatriotes à l’étranger. L’externalisation des services visas par exemple a fait que notre image à l’étranger est mal perçue par les usagers avec des délais d’attente avoisinant 2 à 3 mois, comme c’est le cas en Algérie.
La FSU dénonce des « réformes » de courte vue, sans étude d’impact et avec pour seule ligne la réduction de poste et de présence diplomatique. Les agents les subissent, les usagers en font les frais !

Pour nous, le rayonnement de la France à l’étranger passe aussi par des agents considérés et respectés par leur hiérarchie. Le renforcement de la présence de la France à l’international comme son rayonnement passe aussi par des moyens financiers : francophonie, interventions et opérations à l’international, attractivité estudiantine, Campus France, Agence pour l’enseignement français à l’étranger et réseau culturel sont autant de chantiers ouverts qu’il faut renforcer par des moyens supplémentaires.

A la FSU nous militons pour que le MEAE soit un ministère à la hauteur de ces engagements y compris envers ces différents personnels.


Navigation

Articles de la rubrique