Avancement salarial des ADL : pourquoi faire simple ?

vendredi 2 octobre 2009
popularité : 92%

De l’avancement à l’ancienneté ? oui mais pas complétement... Une grille des salaires contractuelle ? Oui mais sans échelons...

Dans le cadre du groupe de travail sur la gestion des agents de droit local à l’étranger, l’administration a convié l’ensemble des syndicats à une réunion sur le thème du cadre salarial de nos collègues.

Le Chef du bureau des recrutés locaux (RH3A) nous a donc exposé le projet d’un nouveau cadre salarial visant à palier le manque de cadre légal (dans certains pays) pour l’application d’une revalorisation annuelle des salaires au titre de l’ancienneté.
Certes la nouvelle d’une grille de salaire contractuelle (officielle, enfin !) introduisant un avancement à l’ancienneté avec une augmentation du salaire selon un pourcentage fixe, régulière et garantie ne pouvait que satisfaire l’ensemble des représentants du personnel.
Cependant, et alors que l’on nous parlait, en début de réunion, d’un taux annuel d’augmentation de 1%, quelle n’a pas été notre surprise d’apprendre qu’une part que cette revalorisation de salaire dépendrait également du fameux "Mérite" dont on nous rabat les oreilles depuis quelques temps. Notre affliction a encore augmenté à l’annonce du pourcentage de cette part au mérite fixée à 50 % !
Ce qui ramenait le taux annuel d’augmentation du salaire au titre de l’ancienneté (la part vraiment garantie pour l’agent) à 0,5%.

Après d’âpres négociations nous avons pu faire fléchir l’administration et remonter la part de l’ancienneté à 0,7 %. Nous ne sommes cependant pas dupes et avons très bien perçu la ruse classique du marchandage consistant à mettre la barre très bas pour la remonter progressivement au montant voulu...Nous n’avons donc pas dit notre dernier mot et puisque le calendrier de ce projet ne permettra pas son application en 2010 nous avons encore le temps de reprendre les négociations.

De plus n’oublions pas le problème de la suppression des échelons dans cette grille qui ne peut justement être appelée "grille de salaire" sans ceux ci. Car enfin, si l’on considère cette suppression d’échelon ajoutée à la notion de "mérite" comme valorisation de salaire nous arrivons à une individualisation des salaires qui ne peut être tolérée au sein de la fonction publique.

La FSU a d’ores et déjà demandé à l’administration de lui fournir 2 ou 3 exemples concrets d’application de cette nouvelle grille dans les postes. Nous vous ferons alors profiter de la primeur du résultat